Header Image - Jaime-la-corse.info

Tag Archives

66 Articles

Le Centre Méditerranéen de la Photographie fête ses 25 ans

Vallée d’Ult, province de l’Arkhangai, Mongolie Batjargal, un orpailleur clandestin. A l’aide de simples bassines et de pioches, les «ninjas » recherchent, aux abords des mines officielles, parfois au péril de leur vie, les quelques grammes d’or qui feront vivre leur famille.  extrait de « The mongolian project »,  2014.  © Olivier Laban-Mattei Collection Centre Méditerranéen de la Photographie.

Vallée d’Ult, province de l’Arkhangai, Mongolie Batjargal, un orpailleur clandestin. A l’aide de simples bassines et de pioches, les «ninjas » recherchent, aux abords des mines officielles, parfois au péril de leur vie, les quelques grammes d’or qui feront vivre leur famille.
extrait de « The mongolian project », 2014.
© Olivier Laban-Mattei Collection Centre Méditerranéen de la Photographie.

Une première rétrospective, du 18 juin au 10 juillet, va marquer le 25e anniversaire de la collection du Centre Méditerranéen de la Photographie, au centre Una Volta à Bastia.

Le photo-journalisme sera au cœur de l’exposition – rétrospective organisée à partir du 18 juin au centre Una Volta de Bastia.

 » Les œuvres qui constituent cette exposition anniversaire, première d’une série de deux pour les vingt-cinq ans de la collection du Centre Méditerranéen de la Photographie, traite de la photographie de reportage et du photojournalisme, explique Marcel Fortini, directeur du centre européen de la photographie dans son éditorial. Nous avons tous en mémoire des images qui ont marqué l’histoire comme celle du combattant espagnol photographié par Robert Capa pendant la guerre d’Espagne ou encore celles du débarquement de Normandie le 06 juin 1944 à Omaha Beach, véritables icônes ; plus proche de nous les reportages d’Olivier Laban-Mattei sur le tremblement de terre de 2010 en Haïti, les photographies de guerre de Laurent Van Der Stockt et de Patrick Chauvel au Proche-Orient… L’instant entre le moment où l’événement a lieu et sa transmission au public est quasiment immédiat. Le photojournalisme se retrouve sur le marché de l’art, dans les galeries et les musées coincés entre éthique et esthétique, entre devoir de mémoire et travail de mémoire. Tandis qu’une course effrénée à l’information entretient l’appétit du public à voir toujours plus d’images sans discernement, cette exposition propose de s’arrêter sur des faits de société et les événements qui ont pu marquer l’actualité de ces dernières années. »

Pratique

Au centre culturel Una Volta, Arcades du Théâtre, rue César Campinchi , 20200 Bastia
Tél. : +33(4) 95 32 12 81
Du 19 juin au 10 juillet 2015.
Du lundi au vendredi de 9 h à 12 h et de 14 h à 20 h et mercredi de 10 h à 20 h.
Fermeture à 18h à partir du 22 juin 2015.
Entrée libre.

Consulter le dossier de presse de l’exposition et découvrir les photographes participants.

47 views

Une centaine d’exposants corses au Salon de l’agriculture 2015

by Pierre-Yves 0 Comments
Une centaine d’exposants corses au Salon de l’agriculture 2015
Les produits corses à l'honneur au Salon de l'Agriculture, Porte de Versailles à Paris. (© jaime-la-corse.info)
Les produits corses à l'honneur au Salon de l'Agriculture, Porte de Versailles à Paris. (© jaime-la-corse.info)

Les produits corses à l’honneur au Salon de l’Agriculture, Porte de Versailles à Paris. (© jaime-la-corse.info)

Le Salon de l’agriculture est un rendez-vous que la Corse ne manque pas depuis plusieurs années. C’est l’occasion de mettre en valeur la richesse de son terroir et de ses traditions.

625 views

Œuvres espagnoles en exposition au Frac Corse

by Pierre-Yves 0 Comments

Le Fonds régional d’art contemporain (Frac) Corse propose à partir de ce samedi 15 février, à Corte, une exposition montée en collaboration avec le Centre d ’Art la Paneda de Lleida (Catalogne): le vernissage de Double sens aura lieu ce vendredi.

« Le FRAC Corse entretient des relations suivies avec l’Espagne dont la création artistique contemporaine, précise le dossier de présentation de l’exposition, très présente dans la collection, affirme les liens privilégiés tissés avec les pays voisins de Méditerranée. Double sens est un change en deux temps entre le Centre d’Art la Panera de Lleida (Catalogne)et le Fonds Régional d’Art Contemporain de la Corse, visant faire connaître dans ces deux espaces et leurs territoires, deux collections nées de circonstances, de volontés et de recherches qui leurs ont donné leur sens et leur force. Si le titre indique la réciprocité des itinéraires des œuvres transportées entre la Catalogne et la Corse, les deux expositions invitent aussi comprendre l’essentiel des orientations fondamentales de chacune de ces collections. »

« Le  Centre d’Art la Panera est un lieu dont le projet s’ancre dans le présent et se projette vers le futur. Sa collection est lie la biennale d’Art Leandre Cristofolquienat , en quelque sorte, la préfiguration. Dès 1997, la biennale s’est donné pour but de promouvoir la jeune création en Espagne et en Catalogne. Six ans après, la Panera ouvrait ses espaces par une  exposition des œuvres et acquisitions réalisées avec exigence partir de ces biennales. Le Centre d’Art de  la Panera, dirigé par Gloria Picazo assiste d’Antoni Jove Alba , prsente aussi des collections et des expositions  internationales. Il est un des lieux de l’Art Contemporain les plus actifs et dynamiques d’Espagne. Il est installé dans un bel édifice des XVIIè et XVIIIè  siècles, bâtit pour abriter dépôts et tractations de céréales et qui a connu différents  apports architecturaux jusqu’au XIXe. Réhabilité avec un parti-pris sobre et efficace, il est un exemple probant d’une conception contemporaine de la  valorisation du patrimoine ancien et moderne. Du 18 juin au 5 octobre 2014 à Lleida, le FRAC Corse présentera, sur les mille mètres carrs de l’espace d’exposition de  la Panera, un ensemble d’œuvres de la collection d’art contemporain de la Corse qui rendra compte de ses axes principaux et des orientations de son projet artistique. »

Infos pratiques

Exposition du 15 février au 15 mai 2014 du lundi au vendredi de 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h le samedi de 14 h à 17 h

Consulter le dossier de présentation (avec la présentation des artistes exposants):

FRAC Corse, Double sens (dossier de présentation)

18 views

Le FRAC Corse présente des œuvres à la bibliothèque de Bastia

by Pierre-Yves 0 Comments
Hugues REIP Né en 1964 à Cannes. Vit et travaille à Paris La Tempête (2005)

Une oeuvre d’Hugues Reip, né en 1964 à Cannes. Vit et travaille à Paris: La Tempête (2005)

Le Fonds régional d’art contemporain (FRAC) de Corse présente à la bibliothèque municipale de Bastia, du 20 janvier au 14 février 2014, huit œuvres tirées de ses collections.

« Depuis sa création, le FRAC Corse mène une politique de présentation des œuvres de sa collection non seulement dans ses espaces d’exposition à Corte, mais également sur l’ensemble du territoire, explique le Frac dans son dossier de presse. Ces actions ont pu se concrétiser grâce à l’engagement d’un réseau de partenaires institutionnels, en particulier le réseau des Musées de Corse ainsi que les villes de Bastia, Ajaccio, Bonifacio ou encore Sartène. Dans cette dynamique et pour initier un nouveau partenariat, un ensemble de huit œuvres de la collection sera présenté à la bibliothèque municipale de Bastia, du 20 janvier au 14 février 2014. Ces œuvres, certaines sous des dehors ludiques, abordent des questions graves. Toutes traitent en effet de géographie, de territoires, ainsi que des effets de la mondialisation. Cette présentation s’adresse à tous, notamment aux élèves des établissements scolaires, des écoles primaires aux lycées. Des présentations destinées aux adultes et des visites parents-enfants sont également proposées les samedis matin. Le FRAC Corse poursuit ainsi son projet de sensibilisation en favorisant largement l’accessibilité des oeuvres de sa collection au plus grand nombre. »

Voici la liste des œuvres présentées:

Un ensemble de vidéos :

  • Laurent Tixador et Abraham Poincheval : Total Symbiose (2001) ;
  • Hugues Reip : La Tempête (2005) ;
  • June Bum Park : The Advertisement (2004)

Des photographies et oeuvres sur papiers :

  • Barthélémy Toguo : Une autre vie (1996) ;
  • Joachim Mogarra : Sur le Fleuve (2003-2004)

Des installations / sculptures :

  • Caroline Belardy : Sans Titre (2000) ;
  • Meschac Gaba : Abalone (2002) ;
  • Marc Larré : World Wonders Projects, (2008)

Consulter le dossier de presse:

8 oeuvres de la collection du FRAC à la Bibliothèque Municipale de Bastia

37 views

Le musée Fesch d’Ajaccio expose des théâtres de papier

by Pierre-Yves 0 Comments
Mon Théâtre (détail), Passage du Grand Saint Bernard Albert Méricant éditeur; Lithographie

Mon Théâtre (détail), Passage du Grand Saint Bernard Albert Méricant éditeur; Lithographie

Le musée Fesch à Ajaccio propose jusqu’en avril 2014 une exposition temporaire sur les théâtres de papier dont la mode s’est propagée à travers l’Europe durant le 19e siècle.
« Particulièrement destinée au jeune public, l’exposition Le petit théâtre de papier est réalisée de la collection d’œuvres sorties pour l’occasion du cabinet des arts graphiques, précise le dossier de presse du musée Fesch. Le théâtre de papier, point central de l’exposition, est issu de l’imagerie d’Epinal. Il s’est emparé du mythe napoléonien en reconstituant des saynètes qui relatent les grands moments du Premier Empire. Cette vision idéalisée et véhiculée par le théâtre de papier est un témoignage populaire et ludique de la légende napoléonienne. L ’exposition évoque avec des gravures d’acteurs et des doc ume nts, les lie ns étroits que Napo léon I a entretenu avec le monde théâtral du Premier Empire, et montre comment le théâtre continue à glorifier l’image de l’empereur jusqu’au XX siècle »

Le dossier de presse précise également que « les théâtres de papier sont des constructions miniatures, généralement entre 50 et 60 cm, à faire soi-même à partir de planches imprimées. Les diverses parties des décors sont à découper et à coller sur du carton. On les glisse ensuite par ordre (façade, décors latéraux et fond) dans les rails d’un support en bois pour créer l’espace scénique et la profondeur. Il ne reste plus qu’à jouer les pièces avec les figurines à l’effigie d’acteurs célèbres. Les théâtres de papiers sont nés en Grande-Bretagne evrs 1810 sous la forme de planches à découper afin de fabriquer des théâtres pour rejouer les pièces du moment à la maison. La mode gagne l’Europe et la France n’y échappe pas. Cette mode prend tout son essor sous le second Empire et perdure jusqu’à la première Guerre Mondiale. »

Pratique

Palais Fesch – Musée des beaux-arts 50, rue Fesch, 20 000 Ajaccio
site internet: Musee-fesch.com
Du 1er octobre au 30 avril, ouvert les lundi, mercredi et samedi de 10 h à 17 h; les jeudi et vendredi de 12 h à 17 h; le troisième dimanche de chaque mois, de 12 h à 18 h.
Tarifs: Plein tarif : 8 €; tarif réduit : 5 €; tarif abonnement : 4 € (pour les professionnels du tourisme ayant une convention avec le musée); carte de fidélité : 30 €

Consulter le dossier de presse dans son intégralité:

230 views

« La main et le corail » au lazaret Ollandini, à Ajaccio

by Pierre-Yves 0 Comments
Une des œuvres de l'exposition au Lazaret Ollandini - musée Marc Petit, à Ajaccio. (document remis)

Une des œuvres de l’exposition au Lazaret Ollandini – musée Marc Petit, à Ajaccio. (document remis)

M. François Ollandini a transmis à jaime-la-corse.info un texte dans lequel il raconte comment une œuvre est parvenue au Lazaret Ollandini – musée Marc-Petit, à Ajaccio. Le voici:

« Le hasard est parfois un destin. Ici, les deux ne font qu’un. Cette Main de Corail m’a été offerte par le père de l’artiste, Laurent Simonpaoli, mort jeune au Canada, tragiquement. C’était une petite sculpture de bronze ; le père en a fait cette sculpture par agrandissement. Il a voulu qu’elle soit au Lazaret qu’il ne connaissait que par ouï-dire. J’ai voulu qu’elle y soit sans même la connaître. Pour lui, montrer l’œuvre forte de son fils. Pour moi, accueillir un double symbole. Car cette belle Main de Corail est un symbole de la ville et du Lazaret.

Ajaccio a été au XXVIIIème siècle une grande ville de la pêche au corail qu’elle revendait, brut, comme encore aujourd’hui, aux napolitains. Près de 1000 corailleurs alors pour une ville de 4 000 habitants et 100 « corrallines » partaient « en Barbarie », comme l’on disait alors, en baie de Tunisie, pour y pêcher le corail qu’ils ne pouvaient plus pêcher autour de la Corse (1774).

Revenant de ces terres lointaines où les conditions de santé étaient mal connues, ils pouvaient revenir, portant en eux, sans le savoir, les maladies infectieuses qui mettent plusieurs jours à se déclarer : la peste, le choléra ou la fièvre jaune. Les voilà donc obligés d’aller passer « la quarantaine » à Marseille.

D’où la proposition des autorités sanitaires locales de construire un lazaret, ici, à Aspretto, en 1789. Après celui des Sanguinaires (1807) bien vite fermé (1835), il ne fût construit, ici, que bien plus tard, en 1847.

Si d’autres motivations ont alors joué, le lazaret reste très lié à la pêche au corail des 1000 corailleurs ajacciens. Ils sont à l’origine de la demande de cette construction et, sans eux, il n’y aurait pas de lazaret à Ajaccio.

Ajaccio, ville du corail, a donc son lazaret, fait pour les corailleurs. Longtemps, le corail a fait la prospérité économique d’Ajaccio. La rue Fesch en sait quelque chose avec, au numéro 27, « la Case Montepagano », que les vieux ajacciens appellent « E Gallerie ».

Et « ne soyons pas surpris, écrit le comte Forcioli-Conti, que les bijoux de corail fussent l’objet de la prédilection populaire ». Qui ne connaît la main de corail offerte aux nouveau-nés, comme main du bonheur et de la bonne fortune. ! La voila, ici, qui se dresse, près du lazaret, face à la ville d’Ajaccio, le passé éclairant l’avenir. »

François Ollandini 17 octobre 2013.

526 views

Décembre au Palais Fesch d’Ajaccio

by Pierre-Yves 0 Comments
La statue du cardinal Fesch, dans la cour du musée d'Ajaccio. (Copyright Mas et Ratti)

La statue du cardinal Fesch, dans la cour du musée d’Ajaccio. (Copyright Mas et Ratti)

Les animations se poursuivent en décembre au musée d’art d’Ajaccio, avec par exemple le lancement de deux expositions temporaires.

Expositions temporaires.-

La Corse d’autrefois, à travers dessins et aquarelles, du 19 décembre 2013 au 21 avril 2014. Le Palais Fesch possède dans ses collections d’arts graphiques un certain nombre de gravures, d’aquarelles et de dessins datant de la fin du XVIIIe siècle et du milieu du siècle suivant et représentant la Corse. Une sélection d’œuvres de Jean-Jérôme Levie, Jean-Baptiste Bassoul et Jean Canavaggio sera présentée à cette occasion (Conditions d’accès : billet d’entrée du musée)

Le petit théâtre de papier, exposition temporaire, du 19 décembre 2013 au 21 avril 2014. Réalisée à partir de la collection d’œuvres sur papier, cette exposition a pour vocation d’illustrer les liens étroits que Napoléon 1er a entretenu avec l’univers du théâtre, et comment le théâtre a continué à glorifier l’image de l’empereur jusqu’au XXe siècle (Conditions d’accès : billet d’entrée du musée).

Les mercredis animés.-

  • Pour les enfants de 5 et 6 ans : 4 décembre, « Contes à écouter » et 18 décembre, « Mets tes lunettes et écoute comme ça sent bon »
  • Pour les enfants de 7 à 10 ans : 11 décembre, « Détails en pagaille » Rendez-vous dans le hall du musée à 14 h

Visites guidées adaptées à différentes tranches d’âge complétées par des activités ludiques, des jeux, des objets à découvrir, des histoires fantastiques et merveilleuses! Il y a en a pour tous les goûts et tous les âges (Conditions d’accès : gratuit pour les enfants)

Les samedis en famille.-

  • 7 décembre : « Les âges de la vie »
  • 14 décembre : « La peinture religieuse : le Nouveau Testament »

Rendez-vous dans le hall du musée à 14 h

Un samedi après-midi sur deux, le service pédagogique du Palais Fesch propose des visites guidées à partager en famille. Accompagnés par Eva Lando, animatrice pédagogique, enfants et parents découvriront à chaque séance des oeuvres différentes présentées dans les collections permanentes (Conditions d’accès : billet d’entrée du musée, gratuit pour les enfants)

Concert.-

Concert méridien du conservatoire, mercredi 4 décembre à 12 h 30, grande galerie: le Conservatoire de musique, danse et théâtre Henri Tomasi et le Palais Fesch-musée des Beaux-Arts vous invitent à un concert des élèves du conservatoire.

Les élèves de 3e et dernier cycle de conservatoire interpréteront des pièces de piano et musique de chambre lors de ce premier concert. (Conditions d’accès : entrée gratuite)

Une heure une œuvre.-

Portrait de la comtesse de Castiglione, Eugène Giraud; lundi 9 décembre à 12 h 30, rendez-vous dans le hall du musée. Le Palais Fesch-musée des Beaux-arts propose à ses visiteurs de découvrir une œuvre en particulier. Catherine Cristofari, responsable du secteur des publics, présentera une des œuvres les plus singulières des collections (Conditions d’accès : billet d’entrée du musée ou carte d’adhérent)

Le concert du mois : L’Histoire du Petit Tailleur, le dimanche 15 décembre à 18 h, grande galerie. Ce concert spectacle interprètera le conte musical de Tibor Harsanyi intitulé L’Histoire du Petit Tailleur. Cette histoire est inspirée du conte des frères Grimm: « Sept d’un coup ou le hardi petit tailleur ». Récitante : Valérie Furiosi; ensemble instrumental du Conservatoire de Corse Henri Tomasi; direction : Béatrice Maffei (conditions d’accès : achat des places à l’Espace Diamant et sur place à partir de 17 h)

Visite guidée des collections permanentes.-

Les samedis à 14 h 30, rendez-vous dans le hall du musée. Les guides du Palais proposent une fois par semaine des visites guidées des collections permanentes (Conditions d’accès : billet d’entrée du musée majoré de 2 €)

Informations pratiques

  • Palais Fesch- Palazzu Fesch, 50 rue Fesch, 20 000 Ajaccio
  • Tel : 04 95 26 26 26
  • Horaires : lundi, mercredi, samedi : 10h-17h; jeudi, vendredi : 12h-17h; dimanche : 12h-17h, le troisième du mois
  • Site internet: www.musee-fesch.com

 (source: newsletter du musée Fesch)

24 views

L’art religieux au Secours Catholique d’Ajaccio

by Pierre-Yves 0 Comments
L'affiche de l'exposition d'art religieux à Ajaccio.

L’affiche de l’exposition d’art religieux à Ajaccio.

Une exposition d’art religieux contemporain est organisée au Secours Catholique d’Ajaccio du 12 au 17 novembre. « Peintures, icônes, sculptures, enluminures, l’art sacré est souvent inaccessible, appartenant à des collections privées ou propriétés des églises… En partenariat avec le Secours Catholique, cette exposition permettra au public de découvrir un patrimoine contemporain et pourtant riche de symboles ancestraux. »

Du mardi 12 novembre au dimanche 17 novembre 18 h, entrée libre tous les après-midis de 14 h à 18h, au Secours Catholique, 6 bd Danielle Casanova, Ajaccio. Le vernissage aura lieu le mardi 12 à 18 h.

11 views