Header Image - Jaime-la-corse.info

Tag Archives

70 Articles

Le pic de pollution en Corse persiste

by Pierre-Yves 1 Comment
Corse pic_pollution 30_04_2013

La courbe demeure au-dessus du seuil d’information en Corse-du-Sud.

Le niveau de pollution demeure au-dessus du seuil d’information en Corse-du-Sud, annonce le réseau Qualitair Corse.

« La concentration en particules fines dans l’atmosphère a légèrement baissé pendant la nuit, indique Qualitair Corse dans un communiqué publié vers 10 h 15 ce mardi, mais les niveaux repartent à la hausse en ce début de matinée. L’épisode ne touche toujours que la Corse-du-Sud, même si une partie de la pollution est due à un flux de poussières désertiques remontant du sud. La situation ne devrait pas évoluer favorablement dans la journée et une amélioration n’est pas attendue avant demain soir. » Un nouveau communiqué est annoncé pour aujourd’hui à 18 h.

Le niveau atteint actuellement en Corse-du-Sud est un niveau d’information, et non d’alerte. Il implique simplement d’être vigilant auprès des personnes fragiles, comme les asthmatiques. Une note de recommandation du conseil national d’hygiène est consultable ici:

De même, quelques activités sont déconseilées aussi bien chez les particuliers que chez les professionnels, afin de limiter la pollution. Voici la liste de ces préconisations:

 

15 views

Pic de pollution en Corse-du-Sud

by Pierre-Yves 0 Comments
Le logo de Qualitair Corse.

Le logo de Qualitair Corse.

Le réseau de surveillance de la qualité de l’air, Qualitair Corse, a signalé en début d’après-midi un pic de piollution aux particules fines, qui se confirme en début de soirée.

« Ce pic concerne les particules fines dans l’air qui, à cause de leur petite taille, pénètrent profondément dans l’appareil respiratoire, indiquait Qualitair Corse en début d’après-midi. Le seuil atteint correspond au premier seuil, niveau d’information à partir duquel il convient de prévenir la population notamment les personnes sensibles (personnes âgées, enfants, malades respiratoires, sportifs…). Les seuils observés actuellement ne nécessitent pas de modifier son comportement, mais il est conseillé aux personnes sensibles d’éviter de faire des efforts à l’extérieur tant que les niveaux ne seront pas en baisse, et, le cas échéant, de respecter scrupuleusement les traitements médicaux en cours à visée respiratoire ou les adapter sur avis du médecin. En pièce jointe, les prescriptions et les recommandations selon les secteurs d’activités permettant d’éviter une aggravation de la pollution. Qualitair Corse surveille en continu l’évolution de la situation et vous tiendra informés de la dégradation ou de l’amélioration de la qualité de l’air. Normes réglementaires : – Seuil 1 / information et de recommandation : 50 microgramme par mètre cube sur 24 heures glissantes – Seuil 2 / alerte : 80 microgrammes par mètre cube sur 24 heures glissantes Niveaux maxima enregistrées : 57 microgrammes par mètre cube sur 24 heures glissantes (Valeur moyenne calculée sur 24 heures entre 28/04/2013 13:00 et 29/04/2013 13:00) Evolution de la situation : Selon les prévisions, l’épisode pourrait durer plusieurs jours et les concentrations dans l’air pourraient évoluer défavorablement avec un maximum attendu en milieu de semaine. »

Dans un nouveau communiqué publié à 18 h, Qualitair Corse confirme que ce pic de polluition peut persister, et indique que le niveau de particules fines augemente en Haute-Corse : « La procédure d’information du public lors des pics de pollution reste maintenue. Les prévisions nous indiquent que ces niveaux peuvent persister au moins jusqu’à mercredi. Les concentrations augmentent aussi progressivement sur la Haute-Corse et une extension de la procédure d’information du public à l’ensemble de l’île peut être envisagée demain dans la matinée. »

 

49 views

Les manifestations de la Semaine du développement durable en Corse

by Pierre-Yves 0 Comments
L'affiche de la semaine du développement durable.

L’affiche de la Semaine du développement durable.

La transition énergétique: tel est le thème de la Semaine du développement durable qui se déroulera à travers la France et en Corse du 1er au 7 avril.

La Semaine du développement durable est destinée à sensibiliser le grand public, les scolaires, les divers acteurs locaux à la protection de l’environnement et au développement durable, en montrant des actions concrètes mises en œuvre sur le terrain.

Voici la liste des manifestations organisées à travers la Corse:

  • Forêt de Coti-Chiavari: « Eradication d’une fougère aquatique invasive, Salvinia molesta » (rendez-vous ancien pénitencier), le 7 avril
  • Saint-Florent: découverte des Agriates à VTT, Saint Florent, le 1er avril
  • Ajaccio: Les rendez-vous de l’habitat durable, le 5 avril
  • Bonifacio: rencontres écoloigiques, le 5 avril
  • Venzolasca: nettoyage plage de Mucchiatana , le 6 avril
  • Bastia: visite de l’écomusée, Bastia, le 6 avril
  • Bastia: nettoyage plage Banda Bianca, le 6 avril
  • Penta di Casinca: A la découverte du moustique, le 7 avril
  • Poney-club de Monticello  : sport et environnement, du 3 au 6 avril
  • Corte  : Energues 2050, La Transition énergétique  : transformer les contraintes en opportunités d’actions, le 3 avril
  • Corte: faculté des sciences et techniques – université de Corse ;Conférence les 2 et 3 avril
  • Bastia: ateliers pour les scolaires, du 2 au 5 avril
  • Ajaccio, Grand site de la Parata: journée du développement durable à la Parata, le 7 avril
  • Bastia: chambre de commerce et d’industrie, journée Rénovation du bâti ancien et la filière bois dans le bâtiment en Corse, le 5 avril
  • Corte: faculté des Sciences et Techniques – Université de Corse  : parcours nature, le 4 avril
  • Ajaccio: Risorgimento, du 1er au 7 avril
  • Ajaccio, Grand site de la Parata: journée du développement durable, le 7 avril
  • Corte: visites de plateforme de Compostage, du 2 au 5 avril
  • Pietrabugno: éducation à l’environnement marin, le 7 avril
  • Borgo: fête du développement durable au lycée agricole de Borgo, du 2 au 4 avril
6 views

La clémentine corse, ce sont aussi des jus de fruits

by Pierre-Yves 2 Comments
La présentation du jus de clémentine corse sur le site d'Ozia. (copie d'écran)

La présentation du jus de clémentine corse sur le site d’Ozia. (copie d’écran)

La clémentine corse est désormais connue; le jus de clémentine corse l’est moins. Une société créée en 2010, Ozia, en produit et en diffuse également sur le continent, avec une démarche qui se veut à la fois humaniste et respectueuse de l’environnement.

Le responsable d’Ozia, Frédéric Suberbielle, est au départ conseil en œnologie et en agronomie. Partant du constat que 35% de la production de clémentine corse partait au rebut, en raison des exigences de la certification IGP (indication géographiquement protégée), il a eu l’idée de valoriser cette production perdue. « Ce gaspillage nous a interpellé aussi bien sur les conséquences environnementales que sur les problèmes de développement local. C’est ainsi qu’après de nombreuses études économiques et techniques nous avons initié cette démarche de valorisation naturelle des fruits non commercialisés en les transformant en jus, » indique-t-il dans son dossier de presse. Cette démarche se veut doublement responsable: : « elle réduit les pertes de produits en leur apportant une plus-value et soutien les producteurs en leur offrant de nouveaux débouchés. Une démarche originale et qualitative qui participe au développement local, dans le respect de la qualité des fruits et des territoires. »

Le jus de clémentine corse produit par Ozia est 100% pur jus.  » Ainsi, les jus sont extraits selon un procédé qui a nécessité de longues années de test, et qui garantit la saveur du fruit, ses qualités nutritives exceptionnelles. Nous n’ajoutons pas d’eau, de sucre, de colorants, ni de conservateurs, » affirme le site internet d’Ozia.

Après le jus de clémentine, Ozia a ajouté à sa gamme le jus de pomelo corse en 2011 et vient de lancer le jus de pêche.

L’entreprise connaît un beau développement. Selon le site societe.com, son chiffre d’affaire a grimpé de presque 70% entre 2010 et 2011, passant de 91 000 € à 154 400 €. Elle a par ailleurs été sélectionnée au SIAL (salon international de l’alimentation, à Paris) parmi les « produits innovants »: « l’ensemble de la gamme Ozia a été saluée pour son caractère innovant aussi bien en terme de production (sélection des meilleurs terroirs), que de procédé de fabrication (valorisation naturelle de fruits non commercialisés), » selon le dossier de presse d’Ozia.

Pour l’instant, le jus de clémentine d’Ozia n’est distribué qu’à Paris et dans sa région et en Provence Alpes-Cote d’Azur. Il est présent chez les grossistes corses, les bars et glaciers et sur les ferries. L’objectif est de le diffuser prochainement dans les grande et moyennes surfaces haut de gamme.

Ozia est basée à Luri, dans le Cap Corse (Haute-Corse).

351 views

De la Corse au corail des Seychelles, un engagement pour préserver la nature

by Pierre-Yves 0 Comments
Franck Fougère-Gnagni Corse Porticcio

Franck Fougère-Gnagni, fervent défenseur de la nature. (DR)

Franck Fougère-Gnagni est corse et passionné de nature, d’animaux et de fonds marins. Cadreur et réalisateur sous-marin, il a vu ses films diffusés sur France Télévision, TV5 Monde, Ushuaia TV, La chaine Voyage. Il est engagé actuellement dans un projet de documentaire sur le corail des Seychelles, auprès de plusieurs autres bénévoles. Pour le menr à bien, il recherche des aides. Il milite au sein de Greenpeace et dispose d’un site: www.figerletemps.fr

Il a accepté de répondre à quelques questions sur la Corse, son engagement et son projet.

Vous êtes passionné par la protection de l’environnement. Comment est née cette passion?

« Cette passion que j’ai pour la nature, m’est venue dès mon plus jeune âge, lorsque je me suis rendu compte qu’elle me consolait quand ça n’allait pas, et qu’au sein de celle-ci, je me sentais bien. Je me suis rapidement aperçu aussi que cet environnement qui me donnait tant de choses, l’homme était en train de l’anéantir … J’ai donc essayé de savoir comment, à mon échelle, je pouvais intervenir, afin d’essayer de la protéger. »

Selon vous, l’environnement est-il menacé en Corse? De quelle manière?

« La Corse est un cas particulier, grâce aux combats de certains nationalistes (sic), nous avons résisté au bétonnage de nos côtes, ce qui, aujourd’hui, nous permet de pouvoir contempler des paysages uniques. Il faut espérer que la spéculation immobilière épaulée par l’appât du gain ne gâche pas tout… D’un point de vue écologique, il est vrai que des efforts doivent être faits, en terme de traitement des déchets et des eaux usées, ainsi que responsabiliser le tourisme comme les insulaires sur la nécessité de ne pas jeter ses détritus en pleine nature. Malheureusement ce sujet est bien trop complexe pour y répondre en une seule fois. Sans rentrer dans les détails qui seraient beaucoup trop longs, on se doit de respecter l’environnement dans lequel nous ne faisons que passer… »

Votre prochain documentaire porte sur la protection du corail aux Seychelles. Pouvez-vous préciser ce projet?

« En collaboration avec «Longitude 181 Nature », je souhaite mettre en évidence le travail d’un Club de Plongée éco-responsable. Le but étant de sensibiliser un maximum de personnes sur l’urgente nécessité d’agir. Car sur Praslin, isolée dans l’Océan Indien, chaque action entreprise est plus compliquée, car il est difficile de trouver les matériaux nécessaires, et délicat de mettre en place une logistique pour mener à bien les projets. Malgré toutes ces contraintes, lentement mais sûrement, et à l’image du corail, les solutions ont été trouvées. Malgré le manque de moyens, le manque de main d’œuvre ou de logistique, la passion, et l’enthousiasme de chacun ont su surmonter tous les obstacles et faire naître ce projet. Bien que les récifs coralliens occupent moins de 0.5 % du fond des océans, ils font vivre 25 % de toutes les espèces marines. Prélèvements, Bouturages, Nurseries, Réimplantations… Nous suivrons le Club de Plongée «Octopus Diver» durant chaque étape pour reconstruire des récifs de coraux… »

De quelles aides avez-vous besoin pour le mener à bien?

« Ce Film documentaire est entièrement réalisé bénévolement de la part de tous ses participants, aucun profit, ni bénéfice. Les fonds récoltés servent seulement à financer les frais du tournage.

  • « Twin Scoring Studio » offre ses créations musicales http://twinscoringstudio.wix.com/moviescomposers
  • « Michel Roy » offre sa voix Off http://www.michelroy.fr/
  • Et tout ce qui concerne la réalisation du Film, je m’en occupe. http://www.figerletemps.fr

Chaque personne qui se sent concernée est un pas de plus vers le respect de la nature. L’objectif de cette collecte est de permettre à chaque personne qui aura participé financièrement de s’impliquer personnellement dans cette aventure écologique et éco-responsable.

Voici le Lien pour contribuer au projet : http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/les-seychelles-une-seconde-vie-pour-le-corail. »

Le film que vous rêveriez de tourner sur la Corse?

« Je souhaiterais faire un tour de Corse qui consisterait à aller à la rencontre de toutes les personnes qui font de leur quotidien un combat pour la protection de l’environnement marin, et il y en a quelques-un. Heureusement pour la nature… Mettre en valeur le combat mené par tous ces anonymes, permet, entre autres, que chacun d’entre nous puisse se reconnaître au travers de ces personnes et ainsi donner des idées d’actions ou des vocations aux plus jeunes. »

Regarder un de ses films, « Surpêche et pollution »,primé au festival d’Antibes en mars 2011 et au Festival de Marseille en octobre 2011 (Réalisation Novembre 2010; 2 min):

 

184 views

Le Parc Marin International des Bouches de Bonifacio est officiellement créé

by Pierre-Yves 2 Comments
La carte de localisation du Parc Maritime International des Bouches de Bonifacio. (DR)

La carte de localisation du Parc Maritime International des Bouches de Bonifacio. (DR)

Un gestion transfrontalière de la réserve naturelle entre Corse et Sardaigne est désormais possible: la création du Parc Marin International des Bouches de Bonifacio (P.M.I.B.B.) est officialisée le 7 décembre 2012. La structure retenue est un Groupement Européen de Coopération Territoriale (G.E.C.T.).

Quelques chiffres sont significatifs de ce parc marin:

  • 1 500 000 visiteurs durant la période estivale
  • environ 3 500 bateaux de commerce qui traversent les Bouches de Bonifacio chaque année
  • plus de 2 000 espèces animales et végétales actuellement répertoriées, dont plus de 400 protégées (ex. : le grand dauphin, la grande nacre, le puffin cendré, le silène)
  • 10 % de la population mondiale de cormoran
  • 16 000 ha. d’herbier de posidonie.

Améliorer la sécurité maritime pour protéger les Bouches de Bonifacio

La création de ce Parc Marin International est le prolongement de la création en 1994 du Parc National de l’Archipel de La Maddalena côté sarde, et en 1999 de la Réserve Naturelle des Bouches de Bonifacio (gérée par l’Office de l’Environnement de la Corse) côté corse. Parmi les objectifs qui lui sont assignés, il devrait permettre de « favoriser l’émergence de solutions concertées autour de problématiques de gestion difficiles à résoudre d’un coté ou de l’autre du détroit, comme par exemple celles liées aux flux touristiques (sur-fréquentation, impact des ancres des bateaux de plaisance, pêche maritime de loisir…). Par ailleurs, le renforcement de la coopération permettra de disposer d’outils réellement dimensionnés aux problématiques liées à la connaissance scientifique, comme par exemple celles liées aux ressources halieutiques (flux des stocks de poissons, recrutement des juvéniles, circulation des larves). »

Autre mission importante du Parc Marin International des Bouches de Bonifacio (PMIBB): assurer le suivi des mesures liées au classement des Bouches de Bonifacio cen Zone Maritime Particulièrement Vulnéravle (ZMPV). Il devra ainsi « favoriser la mise en œuvre de toutes les mesures adéquates existantes susceptibles de renforcer et optimiser la sécurité maritime dans les Bouches de Bonifacio ».

Voici quelques unes des actions envisagées:

  • la conservation de la biodiversité en préservant des habitats uniques
  • la préservation d’une ressource halieutique rare
  • l’éducation à l’environnement

Feuilleter le dossier de presse sur la création du Parc Marin International des Bouches de Bonifacio:

A consulter, le carnet des Bouches de Bonifacio (source: site de la Collectivité Territoriale de la Corse):

 

418 views

Le préfet s’attaque aux constructions illégales sur le littoral corse

by Pierre-Yves 0 Comments
Le site de la préfecture de la Corse-du-Sud annonce à sa une la destruction du restaurant à Porticcio. (copie d'écran)

Le site de la préfecture de la Corse-du-Sud annonce à sa une la destruction du restaurant à Porticcio. (copie d’écran)

L’événement fait la Une du site de la préfecture de la Corse-du-Sud, avec quatre photos légendées. Le bâtiment qui a abrité pendant de nombreuses années le restaurant Les Tamaris, en bordure de la plage de Porticcio, au sud du golfe d’Ajaccio, est en cours de destruction.

Les travaux de démolition à proprement parler ont débuté le 20 novembre, après une phase de désamiantage. « L’Etat (direction départementale des territoires et de la mer) a engagé la procédure de démolition du bâtiment en application d’une décision de justice condamnant les propriétaires à remettre en état les lieux qu’ils occupaient illégalement sur le domaine public maritime, indique le site de la préfectureLes travaux, dont le coût avoisine les 70 000 €, devraient être achevés le 10 décembre. » La cour administrative d’appel de Marseille avait en effet condamné en 2005 les propriétaires du restaurant Les Tamaris à remettre en état les lieux occupés illégalement sur le domaine public sur la plage de la Viva, à Porticcio.

La commune de Grosseto-Prugna a prévu d’ériger, en lieu et place de ce bâtiment, un poste de secours et des toilettes publiques.

D’autres construction en bord de mer devraient également être détruites dans les prochaines semaines en Corse-du-Sud, dans le même secteur: le site de Corse Matin cite ainsi , sur la plage de Cala d’Orzu, la paillote du même nom et celle du « Lagon bleu »; plage de Verghja, le restaurant « Mare e sole »; plage de Mare e Sole, les paillotes « A Pineta » et « La plage d’argent ».

 

184 views

Un olivier corse candidat au titre d’arbre de l’année

by Pierre-Yves 2 Comments
L’olivier d'Oletta, et sa fiche descriptive sur le site "Elisez l'arbre de l'année". (copie d'écran)

L’olivier d’Oletta et sa fiche descriptive sur le site « Élisez l’arbre de l’année ». (copie d’écran)

La Corse remportera-t-elle en 2013 le deuxième concours de l’arbre de l’année, organisé par l’ONF (office national des forêts) et le magazine Terre Sauvage?

L’an dernier, le pistachier lentisque de Ghisonaccia défendait les couleurs de la Corse et l’avait emporté. Cette année, c’est un olivier, sans doute millénaire, qui a grandi à Oletta, qui représente l’Île de Beauté. Selon la fiche descriptive sur le site « Elisez l’arbre de l’année« , la circonférence du tronc de cet olivier, mesurée à 1,30 m du sol, est de 10,50 m. Il mesure 13 m et son âge s’il est  » très difficile à déterminer avec précision du fait que nous ne souhaitons pas effectuer de carottage qui affaiblirait l’arbre » est estimé entre 800 et 1 000 ans. « Le tronc est très imposant et multi-tiges. Le houppier est très bien développé (300 m²) ce qui lui confère une très belle architecture arborée pour un olivier. Cet olivier, remarquable de par ses dimensions, est à notre connaissance le plus imposant de l’île, » indique l’équipe qui a proposé cet arbre au concours. « Cet arbre est dans une propriété privée, proche du couvent San Francescu d’Oletta (XIIIème siècle). Parmi la centaine d’arbres inscrits à ce jour dans l’inventaire des arbres remarquables en Corse, les membres de la commission technique ont voté pour cet olivier. »

Deux prix peuvent être remportés dans le cadre de ce concours: le prix du public et le prix du jury. C’est ce dernier que le pistachier corse a remporté l’an dernier. Pour le prix du public, le vote s’effectue en ligne, sur le site « Élisez l’arbre de l’année »: voici le lien pour accéder directement à la page de l’olivier d’Oletta et pour voter pour lui.

Le site de l’ONF explique que les candidatures ont été recueillies entre mars et septembre. « Le jury a ensuite procédé à une présélection pour annoncer une liste de 23 lauréats régionaux. Ceux-ci ont été choisis selon leurs caractéristiques esthétiques, bien sûr, mais l’histoire même de l’arbre et son importance pour les groupes qui les proposaient ont également été pris en compte. » Le vote est ouvert du 1er novembre 2012 au 1er juin 2013. Le jury se réunira courant juin et désignera le gagnant.

A noter que « Elisez l’arbre de l’année » dispose également d’une page Facebook accessible ici.

789 views

Aghione fête la biodiversité les 27 et 28 octobre

by Pierre-Yves 0 Comments
Le site d'Econatura, organisateur de la fête de la biodiversité d'Aghione. (copie d'écran).

Le site d’Econatura, organisateur de la fête de la biodiversité d’Aghione. (copie d’écran).

La fête de la biodiversité, évènement qui se déroule tous les deux ans à Aghione, est programmée les 27 et 28 octobre 2012.

« A Festa di biodiversita, explique le dossier de presse,  se déroule en plein milieu rural et hors période estivale, à Aghjone, petit village de la côte orientale de la Corse, situé entre Aléria et Ghisonaccia et faisant partie de la communauté de communes de l’Oriente. Chercheurs, universitaires, paysan-écrivain, artistes, militants pour le respect de la Nature, nous font l’honneur d’accepter notre invitation pour deux journées où seront abordées, la diversité du vivant en Méditerranée, les énergies partagées, la vie du sol, la vannerie sauvage, la transition énergétique, la préservation de la biodiversité… Il y sera question de la biodiversité sauvage qui constitue ce patrimoine commun que chacun d’entre nous se doit de préserver. Il y sera aussi question de la biodiversité cultivée qui avec la préservation des semences et la gestion des terres agricoles sont les fondements de la souveraineté alimentaire que chaque territoire devrait s’attacher à promouvoir. »

Parmi les évènements de ces deux jours, le lancement du « lien créatif » la première revue sur la vannerie sauvage www.leliencreatif.fr. Plusieurs expositions ou conférences sont programmée: exposition de vanneries sauvages ; atelier « soldu tufunatu » ; exposition de costumes corses ; atelier d’initiation ; atelier distillation d’huile essentielle ; échange de semences paysannes entre particuliers; collectif contre l’incinération et pour une saine gestion des déchets; présentation d’un système de compostage de proximité ; présentation de systèmes de production photovoltaïque autonome; atelier préparation d’un chaudron de soupe aux herbes sauvages, etc.

Des contes, des projections, des conférences-débat sont également programmée. Le programme détaillé ets disponible sur le site de l’association organisatrice et peut être consulté ici:

18 views

Les producteurs de châtaignes s’unissent pour mieux lutter contre un ravageur

by Pierre-Yves 0 Comments
Les châtaignes corses sont menacées par une petite guêpe venue de Chine. (Photo Mas&Ratti)

Les châtaignes corses sont menacées par une petite guêpe venue de Chine. (Photo Mas&Ratti)

Depuis 2010, le cynips du châtaignier, une petite guêpe venue de Chine, est apparu en Corse et promet de faire des ravages dans les châtaigneraies. C’est pour mieux lutter contre ce ravageur que les producteurs français de châtaignes se sont unis dans un syndicat professionnel, au sein de la FNSEA (Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles).

Pasquin Flori, du groupement régional des producteurs et transformateurs de châtaignes et marrons de Corse, en est le secrétaire. Les autres membres du bureau sont Daniel Vernol (syndicat de défense de la châtaigne d’Ardèche), président; Nadine Allione(syndicat des producteurs de châtaigne du Var) et Georges Delvert (comité interprofessionnel du noyer et du châtaignier du Lot), vice-présidents; Daniel Mathieu (association châtaignes et marrons des Cévennes et du Haut Languedoc), trésorier.

« L’arrivée d’un nouveau ravageur en France, le cynips du châtaignier, a catalysé les énergies, indique le communiqué publié par la FNSEA. L’ampleur des pertes que cet insecte peut entraîner a fédéré les associations et syndicats régionaux pour lutter contre ce fléau, et plus largement pour travailler ensemble au développement de la production de châtaignes. Le syndicat a pour objet :

  • de favoriser les échanges entre les régions productrices de châtaignes,
  • de définir les grandes orientations de la castanéiculture française,
  • d’assurer la coordination des actions visant le développement de la production de châtaignes en France,
  • de représenter ses adhérents dans les différentes instances,
  • de favoriser la promotion de la châtaigne française. »

Le syndicat se fixe pour objectifs prioritaires:

  • la lutte contre les problèmes sanitaires, en particulier le cynips du châtaignier,
  • l’appui aux producteurs subissant des pertes de production du fait du cynips du châtaignier,
  • la prise en compte de la production de châtaignes dans la future politique agricole commune (PAC) en particulier au niveau du paiement unique et du développement rural pour les zones défavorisées et de montagne.

Les producteurs craignent cette saison d’importants dégâts en Corse en raison du  cynips.

102 views