De plus en plus de mammifères marins observés au large de la Corse

by Pierre-Yves 0 Comments
La page d'accueil du site internet français dédié au Sanctuaire des Pelagos: www.sanctuaire-pelagos.org (copie d'écran)

La page d’accueil du site internet français dédié au Sanctuaire des Pelagos: www.sanctuaire-pelagos.org (copie d’écran)

Le sanctuaire des Pelagos est un vaste espace marin de part et d’autre de la Corse jusqu’aux côtes françaises au nord-ouest, aux côtes italiennes au nord-est et à la Sardaigne au sud, où sont particulièrement protégés les mammifères marins.

Dans un communiqué publié ce mardi, Corsica Ferries indique: « Depuis 2007, Corsica Ferries apporte son soutien opérationnel à la surveillance des cétacés au sein du Sanctuaire Pelagos, zone d’observation de quelques 90.000 km², située entre les Iles d’Hyères, la Toscane et le Nord de la Sardaigne, englobant l’ensemble des côtes corses, et qui a été choisie pour sa richesse biologique et la densité élevée de son trafic maritime. L’objectif des études menées est de mesurer le nombre de cétacés dans cette zone pilote, leur évolution, leurs parcours ainsi que les éventuelles conséquences du trafic sur la présence et la vie des mammifères. »

Corsica Ferries indique avoir constaté une forte hausse des observations de mammifères marins.  » Les données récoltées depuis sept ans permettent d’évaluer l’état et l’évolution des populations de cétacés dans la zone. L’année 2013 montre des chiffres élevés. Il y a eu en effet, dans le Sanctuaire, plus de 700 observations de cétacés enregistrées à bord des navires reliant notamment la Corse à Savone et Nice. Les deux espèces les plus rencontrées sont celles qui sont les plus répandues dans la zone : le dauphin bleu, avec 345 observations et le rorqual commun observé à 332 reprises. Chiffres record également pour la baleine à bec : cette espèces était observée en moyenne cinq fois par an, alors que l’été dernier, elle a été rencontrée 21 fois. N’ont pas manqué non plus des observations du second géant du Sanctuaire : le cachalot qui a été vu 16 fois et durant une observation se trouvaient même présents des jeunes, donnée inhabituelle et très importante, liée possiblement à des changements climatiques. De l’année 2013, on retiendra aussi les nombreuses occasions au cours desquelles ces animaux, qui atteignent parfois 20 mètres de long, ont été vus sautant complètement hors de l’eau. Un spectacle qui a enchanté non seulement les passagers mais aussi les chercheurs. « 

Consulter le communiqué de presse dans son intégralité:

Leave a reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>